technique, quelques mots...

        Contrairement à la peinture, où on ne demande pas à l’artiste la marque de ses pinceaux, la photographie a ceci de particulier que les interrogations sur le matériel sont incessantes. Je vais donc devancer la demande... encore que parler de l’adéquation sujet photographié /matériel utilisé soit intéressant. Trop de photographes utilisent la technique comme paravent à un engagement dans les discussions sur le contenu.

         A cette question “matériel”, Ansel Adams, grand spécialiste du paysage nord américain, avait coutume de répondre “celui que je peux porter...”, tant il est vrai que la loi de l’emmerdement maximum s’applique aussi à la photo: plus lourd, plus compliqué, plus cher c’est, meilleur c’est (en résumé).

         En studio, je travaille beaucoup en numérique, avec un Nikon D800 qui me permet des images de qualité pour des tirages A2, les plus grands que je puisse faire moi même (car j’y tiens..). Les sujets importants sont doublés en argentique N&B avec un Hasselblad, non pas tant pour des raisons de “piqué”, mais parce que je considère que les tirages barytés gardent encore une supériorité dans le rendu de la gamme de gris, notamment dans les nuances des hautes lumières. De plus ils sont indemnes de tout métamérisme, et la tenue de la cartoline Ilford — ou autre —, tant qu’on en trouve, donne à “l’objet d’art final” (si je peux me permettre) une qualité irremplaçable...

        Je travaille aussi avec une chambre 4x5 Cambo Legend avec laquelle je fais surtout du Polaroid, un medium magique en voie de disparition hélas, mais j’ai quelques stocks. Le Polaroid est vraiment un axe important de mon travail. J’ai aussi une vieille chambre Sinar 20 x 25, une Norma monorail, que j’utilise trop rarement du fait de la lourdeur de la manipulation, mais quand même assez régulièrement ! Inutile de dire que la qualité est époustouflante, même si les plans-films commencent à se faire rares...

         En extérieur, et notamment en voyage, le numérique à définitivement remisé mes 24 x 36. Mais... comme en studio, je double en argentique quand je peux, j’ai un Mamiya 6 avec 3 objectifs qui prend peu de place et d’une grande qualité, mais parfois, comme dans le désert, j’ose trimballer mon Hasselblad...

        Question optiques, j’utilise essentiellement un 35-80 Nikon en studio — époustouflant aussi —, en extérieur j’ai une gamme de zooms Nikon qui couvrent du 20 au 200 mm. Une mention spéciale au 105 Micro-Nikkor, une bête de course. Sur le Blad, 40, 80, 120 macro et 250.

     Pour l’éclairage, j’ai 3 générateurs et 6 torches qui permettent à peu près tout, mais 90% de mes photos sont éclairées par une seule source, une boite à lumière 80 x 120.

        En argentique, je reste fidèle à Kodak avec essentiellement de la T-Max 100, tirages barytés Ilford. Je suis un vieux de la vieille, élevé au zone-system, ça permet de comprendre ce qu’on fait... En numérique, mes photos sont faites en RAW, post-traitement avec Photoshop CS4 sur un iMac... Impression sur une Epson 3800, encres K3, multiples papiers en cours de tests, préférence au Hannemülhe PhotoRag.

        Comme ça, ça va?

        Allez, on n’en parle plus... (2012)