Ces diptyques, une fleur blanche, un corps couvert d’argile, ont été exposées en 2000 lors d’une exposition collective du groupe “projets” à l’Atelier Cyril Jacquin. Les tirages ont été réalisés sur du papier Ilford Multigrade FB Warmtone, le support baryté restant le seul capable de traduire les dizaines de subtiles nuances entre le gris clair et le blanc.

“série blanche”

    “Il y a le blanc. Le blanc du papier baryté. Le blanc des pétales de fleurs. Le blanc de la peau recouverte d’argile. Le blanc du fond (très blanc, trop blanc puisqu’il est surexposé). Pourtant à la fin du processus photographique décidé, rien n’est blanc. Pas même la marge blanche. Ces diptyques sont un essai sur la nuance, sur la fusion des blancs. Le regard se pose sur la transition entre le pétale, la peau, et le fond. Là où les nuances se perdent, où il n’y a plus de frontière, où l’on cherche des tonalités qui devraient être et qui ne sont pas. Le corps, la fleur ont contracté un mariage blanc avec le fond qui les noie, qui les mange. C’est ma «série blanche”.